Quatre personnes, dont un mineur, placées en garde à vue

Quatre personnes, dont un mineur, ont été placées en garde à vue dans la soirée de vendredi à samedi, a appris l’Agence France-presse, de source judiciaire. Ces personnes sont issues de l’entourage familial de l’assaillant, qui a été tué par des policiers, selon cette source.

  • Un homme a été décapité en fin d’après-midi, vendredi 16 octobre, à Conflans-Saint-Honorine (Yvelines), et son agresseur présumé tué par balles par la police dans la ville voisine d’Eragny (Val-d’Oise), quelques minutes plus tard.
  • Le Parquet national antiterroriste (PNAT) a annoncé être saisi. L’enquête a été ouverte pour « assassinat en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle », selon le PNAT. Quatre personnes, dont un mineur, ont été placées en garde à vue.
  • La victime, professeur d’histoire-géographie aurait mené, en classe, une intervention sur la liberté d’expression en lien avec les caricatures de Mahomet, ce qui a participé, selon les informations du Monde, à la décision du PNAT de se saisir de l’enquête.
  • Le président de la République, Emmanuel Macron, s’est rendu sur place vendredi soir, évoquant un « attentat terroriste caractérisé »« Ils ne passeront pas. L’obscurantisme et la violence qui l’accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas », a déclaré le chef de l’Etat après avoir rencontré les collègues du professeur égorgé.

Facebook Comments

Input your search keywords and press Enter.