Crise de l’OMS : « La Chine tente d’isoler un peu plus les Etats-Unis »

Alors que Trump refuse de financer une OMS qui servirait avant tout son rival, la Chine essaie de redorer son blason. Décryptage avec Valérie Niquet, chercheuse à la FRS.

L’Assemblée mondiale de la santé, qui rassemble les 194 membres de l’OMS, s’est réunie lundi et mardi dans un climat de fortes tensions autour, notamment, de la question de l’indépendance de cette instance par rapport à la Chine. Le président américain Donald Trump, qui avait déjà suspendu à la mi-avril son financement de l’organisation onusienne, a menacé lundi soir de le retirer définitivement si celle-ci n’apporte pas d’ici 30 jours des « améliorations substantielles » à son fonctionnement. Il a même laissé entendre que les Etats-Unis pourraient se retirer de cette instance. 

Les membres se sont mis d’accord mardi pour lancer une « enquête indépendante » sur la gestion de l’épidémie par l’organisation, sans toutefois cibler cette étude sur l’origine de cette crise. Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique, explique qu’un bras de fer se joue entre Washington et Pékin sur le rôle même de cette institution, alors que la rivalité entre les deux superpuissances atteint de nouveaux sommets.  


Facebook Comments

Input your search keywords and press Enter.