Le franc CFA était «perçu comme l’un des vestiges de la Françafrique», avait justifié Emmanuel Macron.

C’est une page d’histoire qui se tourne, soixante ans après les indépendances africaines. Un projet de loi, adopté mercredi en Conseil des ministres, entérine la décision prise en décembre dernier de mettre fin au franc CFA. Créé à la Libération, en 1945, il signifiait «le franc des colonies françaises d’Afrique». Tout un symbole. Le franc CFA «était perçu comme l’un des vestiges de la Françafrique», avait justifié Emmanuel Macron le 21 décembre, à Abidjan, lors de la signature de l’accord entre la France et les États membres de l’Union monétaire ouest-africaine (UEMOA: Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo). Les six pays de la zone Cemac d’Afrique centrale, qui utilisent aussi le franc CFA mais constituent une autre zone monétaire spécifique, ne sont pas concernés par la réforme.À lire aussi : La fin du Franc CFA: ce qui va changer.

Concrètement, le texte officialise le changement de nom de franc CFA en eco. Un choix dicté par sa facilité de prononciation en français et en anglais. Autre disposition importante, la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) ne devra plus déposer la moitié de ses réserves de change auprès de la Banque de France. Elle pourra disposer librement de ses réserves. Cette obligation était perçue comme une dépendance humiliante vis-à-vis de Paris par les détracteurs du franc CFA.

Input your search keywords and press Enter.