USA : Bing Liu, un scientifique travaillant sur un remède contre le Covid-19 abattu chez lui

Rien n’indique que Bing Liu aurait été pris pour cible du fait qu’il était chinois, rapporte la police selon CNN.

Un professeur de l’université de Pittsburgh en Pennsylvanie faisant des recherches sur le Covid-19 a été retrouvé mort, le 2 mai dernier. Il a été tué par balles. Selon le département de police du canton de Ross situé en Pennsylvanie qui rapporte l’information repris8 par CNN, le défunt a été identifié comme étant le professeur assistant de recherche Bing Liu. Il a été retrouvé à son domicile avec des blessures par balles à la tête, au cou, au torse et aux extrémités.

«Il était sur le point de faire des découvertes très importantes»

Selon toujours la source, l’université de Pittsburgh, qui s’est exprimée dans une publication, se dit «profondément attristée par la mort tragique de Bing Liu, un chercheur prolifique et un collègue admiré de Pitt».

Le professeur Bing Liu était «très investi» dans les recherches sur le Covid-19, selon ses collègues du département de biologie computationnelle et systémique de l’université. Il était sur le point de faire des découvertes «très importantes pour comprendre les mécanismes cellulaires qui sous-tendent l’infection par le SARS-CoV-2 et la base cellulaire des complications suivantes».

Ces confrères le décrivent comme un chercheur et un «mentor exceptionnel», et se sont engagés à mener à bien ses recherches «dans un effort pour rendre hommage à son excellence scientifique».

Des cas d’ empoissonnement liés au business pharmaceutiques

« La guerre ne peut pas se gagner à Genève », lance le Dr Jérôme Munyangi qui évoque les collusions d’intérêts entre l’industrie pharmaceutique et l’OMS sur le marché des ACT. Le médecin estime que « l’Artemisia pose un problème de business, mais pas de santé ». Sans pouvoir le prouver, il soupçonne que l’utilisation de la plante dérange les intérêts liés au médicament. Il a notamment été victime d’une violente agression à Paris et d’un empoisonnement au cours de l’essai clinique en RDC.

En Europe, le doute et la division s’installe

L’Italie n’a cessé d’appeler à la solidarité de ses voisins européens. L’ancien président du Parlement européen Antonio Tajani, membre du parti d’opposition Forza Italia (centre droit), a exprimé son exaspération, évoquant une « Europe lâche » et lente, alors que son pays « meurt et que l’économie s’effondre ». Les pays de l’Union n’hésitent pas non plus à se voler les précieux masques entre voisins. Comme l’a révélé L’Express, la France a saisi quatre millions de masques appartenant à la société suédoise Mölnlycke, en partie destinés à l’Espagne et l’Italie. La cargaison a finalement été restituée, sous la pression médiatique. 

L’Afrique se prend en charge, 0 décès à Madagascar

En Afrique, on assiste à un élan de solidarité. Le président de Madagascar, Andry Rajoelina va offrir des remèdes appelés Artémisia Covid-organic aux 15 pays membres de la CEDEAO. Le prix de cette tisane est d’environ 2 dollars. Au Sénégal, des chercheurs ont poussé l’étude de l’Artémisia. Ce remède contiendrait 7 molécules qui peuvent être actives contre les cas graves de Covid-19.

Facebook Comments

Disqus Comments (0)

canal-france-info
Input your search keywords and press Enter.