Désinfection, gestes barrières, coiffeurs fermés… l’Assemblée au temps du coronavirus

L’Assemblée nationale, comme tous les Français, a changé ses habitudes de vie depuis plusieurs semaines en raison du confinement et de la crise sanitaire. Retour en images sur la vie du palais Bourbon au temps du coronavirus.

L’Assemblée nationale a été parmi les premiers foyers épidémiques français du coronavirus, avec 33 cas testés positifs. Le député LR du Haut-Rhin, Jean-Luc Reitzer,premier parlementaire français à avoir été officiellement touché par le Covid-19 et hospitalisé début mars, est d’ailleurs toujours à l’hôpital, après plusieurs semaines en réanimation, et devrait en sortir prochainement.

Un temps désertée en raison des mesures de confinement et des contagions multiples et rapides, elle va retrouver petit à petit ses députés. Quelque 150 d’entre eux seront autorisés à partir du 11 mai dans l’hémicycle.

Depuis le mois de mars, des habitudes d’hygiène liées à la pandémie se sont installées dans le quotidien du Palais Bourbon. Désinfection des micros lors des séances, gels hydroalcooliques à portée de mains, masques sur le visage de certains élus. Les éternuements et toux se font, le plus souvent, dans le coude, selon les consignes des gestes barrières martelées par le gouvernement pour lutter contre la pandémie.

Quant à la fermeture des salons de coiffure, depuis la mi-mars, elle commence à se voir sur certains visages. Jean-Luc Mélenchon se moque volontiers de son catogan nouveau, et le ministre Gérald Darmanin apparaît avec les cheveux plus longs que d’habitude.

L’Assemblée nationale, qui va se déconfiner progressivement à partir du 11 mai, comme l’ensemble du pays, a d’ailleurs présenté mardi son plan de déconfinement. Seul «un millier» de personnes, contre 4000 au quotidien en temps normal, devrait s’y retrouver, a fait savoir le président de l’Assemblée Richard Ferrand (LREM), cité par l’AFP. Dans l’hémicycle, «le port du masque sera autorisé mais toute personne qui s’exprime devra le faire à visage découvert», a-t-il indiqué.

Des tests virologiques seront proposés au sein du cabinet médical aux personnes présentant des symptômes, qui seront isolées si elles sont positives. Les personnes avec lesquelles elles auront été en contact seront également testées. Le plan de déconfinement prévoit aussi des points d’accueil santé qui seront installés aux entrées des bâtiments pour fournir gel et masques, 100.000 ayant été commandés. Le masque sera obligatoire dans les circulations intérieures, bureaux partagés et en commission.

Le télétravail va continuer à être encouragé, notamment pour les collaborateurs, fonctionnaires et contractuels, tandis que les colloques, événements et visites extérieures ont été annulés jusqu’au 1er septembre. Quant aux cantines, restaurants et buvettes de l’Assemblée, elle resteront fermées. Et ce, tant que les restaurants en France le seront.


Facebook Comments

Input your search keywords and press Enter.